OLYMPIQUE TERRENOIRE : site officiel du club de foot de ST ETIENNE - footeo

Pôle commercial Steel, au Pont-de-l’Âne

4 février 2018 - 13:09

 

JOURNAL EN NUMÉRIQUESAINT-ÉTIENNE - ÉCONOMIE« Nous avons eu un véritable coup de cœur pour cette ville »

Cette phrase est signée Maurice Bansay, PDG du groupe Apsys, qui investit 150 millions d’euros dans le projet du pôle commercial Steel. Depuis 2014, sous l’impulsion de la municipalité, les projets privés se multiplient.

Le pôle commercial Steel, au Pont-de-l’Âne, comprendra notamment 45 commerces et 9 restaurants.  Visuel Sud Architectes  Le pôle commercial Steel, au Pont-de-l’Âne, comprendra notamment 45 commerces et 9 restaurants. Visuel Sud Architectes

On dit qu’il faut se donner les moyens de ses ambitions. Des moyens, la municipalité stéphanoise, comme toutes les collectivités locales en France, en a de moins en moins (elle a subi une baisse des dotations de l’État de 17 millions d’euros en cumulé depuis 2014). Des ambitions, en revanche, elle en a à revendre. Et des grandes.

Alors, elle a choisi de faire de l’œil aux entreprises privées. Et ça marche. « Depuis notre élection en 2014, nous avons eu 300 millions d’euros d’investissements privés sur la commune. Il n’y en avait eu aucun sous le mandat précédent », se targue ainsi le maire, Gaël Perdriau (LR). « Et ce n’est pas terminé ! », annonce-t-il.

Parmi les projets portés par des privés, il y a le pôle commercial Steel, au Pont-de-l’Âne. Un investissement de 150 millions d’euros pour la société Apsys. Le plus gros jamais réalisé à Saint-Étienne depuis cinquante ans. Il y a aussi l’îlot Poste-Weiss à Châteaucreux. Là, l’investissement est de 70 millions d’euros pour Vinci Immobilier.

Les responsables de ces deux sociétés avaient été invités par le maire, mardi soir, pour sa cérémonie de vœux (lire aussi notre édition de mercredi). Devant un Centre de congrès bondé, ils ont tour à tour expliqué leur choix d’investir à Saint-Étienne.

« On a souhaité s’inscrire dans ce dynamisme »

Stéphane Reymond, directeur régional de Vinci Immobilier, a parlé d’un « projet d’envergure » qui a intéressé le groupe pour « deux raisons essentielles : l’emplacement stratégique et le dynamisme du quartier d’affaires ».

Et d’expliquer : « Nous avons souhaité nous inscrire dans ce dynamisme et le conforter. Nous croyons à l’essor économique de la métropole stéphanoise. Ce projet Poste-Weiss, plus qu’un partenariat, c’est une véritable coproduction entre public et privé. C’est une méthode gagnant-gagnant qui nous paraît pertinente pour réaliser des opérations ambitieuses comme celle-ci. D’ici l’été 2019, en sortant de la gare, le visiteur aura d’emblée l’image d’une métropole entreprenante et innovante. »

Quant à Maurice Bansay, PDG d’Apsys, il a confié : « Nous avons été touchés par l’histoire de cette ville, sa culture, ses habitants… Nous avons eu un véritable coup de cœur. Ça, c’est le côté émotionnel. Sur un plan plus rationnel, ce projet présente de nombreux atouts : un site absolument incroyable et une zone de chalandise puissante. L’évasion commerciale est aujourd’hui très importante, il existe donc un fort potentiel. »

« Steel a reçu un accueil extraordinaire des enseignes »

Le dirigeant a également qualifié le projet architectural d’« exceptionnel » et souligné que « le chantier bénéficiera avant tout aux entreprises locales ».

Concernant les enseignes qui s’installeront dans ce pôle, Maurice Bansay a raconté : « En novembre, avec Gaël Perdriau, nous sommes allés au Mapic (marché international de l’implantation commerciale et de la distribution), à Cannes, et nous avons été très agréablement surpris car, malgré un contexte économique difficile, Steel a reçu un accueil absolument extraordinaire. »

Très certainement au fait des réserves que suscite le projet, le Pdg d’Apsys s’est empressé de rappeler que « nous ne choisirons que des enseignes non présentes à Saint-Étienne et complémentaires de l’offre commerciale du centre-ville. Notre ambition, est d’attirer une clientèle qui, de toute façon, aujourd’hui, ne vient pas ou plus à Saint-Étienne, et qui, en venant chez nous, va peut-être en profiter pour se rendre aussi dans le centre-ville. »

Loïc Todesco 
loic.todesco@leprogres.fr

Commentaires

BOUTIQUE DU CLUB !!!