OLYMPIQUE TERRENOIRE : site officiel du club de foot de ST ETIENNE - footeo

Devenir entraîneur, le rôle de l'entraineur de jeunes

ROLE DE L'ENTRAINEUR DE JEUNES

Cet article ne s’adresse pas aux entraîneurs professionnels, dont les missions et  surtout les enjeux sont différents de ceux des entraîneurs bénévoles qui officient au niveau départemental chez les seniors ou les jeunes.

Source : Entraineursecoledefootball

L'entraîneur est un leader technique

Sans être un exemple, l'entraîneur se doit d’avoir un bagage technico-tactique suffisant pour conseiller, orienter ou former ses joueurs. C’est souvent cette " connaissance " qui lui donne son autorité et son crédit (c’est ce que les sociologue appellent " la domination par expertise ").

L'entraîneur est un animateur

Son rôle est de mener à bien des objectifs fixés par lui et ses joueurs (par exemple la montée dans une poule supérieure, un nombre minimum de victoire…) sans altérer le plaisir que vont prendre les joueurs sur le terrain. Dans le milieu associatif et amateur, la victoire ne doit pas se faire au détriment du plaisir de jouer, sinon la victoire n’est que temporaire. C’est par le dialogue avec l’équipe que va se mettre en place une organisation (nombre d’entraînements par semaine, objectifs de la saison, méthode de travail).

Il ne doit donc pas uniquement permettre à l’équipe d’atteindre des objectifs en termes de victoire, mais aussi assurer une ambiance de travail sympathique et détendue, des relations cordiales avec et entre les joueurs, une envie de progresser et une cohésion de groupe. C’est pour cela que sa méthode de travail ne peut être complètement imposée à l’équipe, mais au moins " négociée " avec le capitaine ou les joueurs.

L'entraîneur est un pédagogue

Pour gagner, il faut savoir maîtriser plusieurs domaines d’action : les fondamentaux individuels, les fondamentaux collectifs, la lecture du jeu, le mental, le physique.

C’est sur ces points là que l’entraîneur a un rôle a jouer. C’est lui qui possède les  clés d’apprentissages des fondamentaux, c’est lui qui initie à la lecture du jeu, c’est

lui qui est chargé de la préparation physique (et éventuellement mentale). Or la connaissance des fondamentaux ne suffit pour pas pour  ’enseigner, l’entraîneur doit savoir faire preuve de pédagogie, c’est-à-dire qu’il doit connaître les mécanismes d’apprentissage d’un joueur, mettre en place des stratégies d’apprentissage, construire une programmation et bien sûr faire preuve de nombreuse qualités (patience, calme, attitude empathique (compréhensive), etc.

L’entraîneur est un gestionnaire des émotions

C’est lui qui, par un peu de psychologie, agit sur le mental, les émotions ainsi que sur la motivation des joueurs. Un entraîneur qui dramatise  c’est-à-dire qui ne considère que les problèmes sans retenir les bons côtés d’une défaite notamment) contribue à faire baisser le moral des troupes. Il est aussi responsable pendant les matchs de l’émotivité des joueurs. En effet, pour être performants sur le terrain, ces derniers ne doivent être ni trop énervés ni trop endormis, et le coach gère les changements en fonction de ces données.

L’entraîneur est aussi la source de calme et de sérénité pendant les matchs. Il se doit d’être moins énervé que les joueurs, notamment quand ceux là s’énervent contre un adversaire ou l’arbitre. C’est lui qui va calmer tout le monde et redonner à chacun des consignes techniques pour améliorer la situation. Les entraîneurs qui crient sur les joueurs, l’arbitre ou même la table donne un exemple négatif et un très mauvais esprit à l’équipe. De plus cela fait monter la tension des joueurs qui vont alors s’énerver, paniquer, faire des fautes et se démobiliser. En bref, c’est lui qui apporte la " sagesse " du groupe.

L’entraîneur n’est pas un joueur ni un copain

Contrairement à ce que l’on pense, l’entraîneur n’est pas intégré dans l’équipe à l’égal des joueurs. Il reste toujours " l’entraîneur ". Qui n’a pas passé une soirée avec ses joueurs sans que ceux ne l’appelle " coach ", alors qu’entre eux ils ne s’appellent pas " joueur ". Il se peut que la fonction d’entraîneur soit assurée par un joueur, mais cela aboutit en général à lui faire un peu perdre son statut d’ami ou, si ce n’est pas le cas, à en faire un entraîneur un peu discrédité.

Mais cela n’est pas réellement un problème, mais chaque entraîneur doit savoir qu’on ne peut être à la fois totalement entraîneur et copain.

 

Quelques conseils à l’entraîneur :

 L’entraîneur est le représentant de l’esprit de l’équipe, il doit donc adopter des attitudes en conséquences. Il est alors indispensable qu’il vienne à l’entraînement en tenue sportive. Un entraîneur en jean renvoie indéniablement une image négative de laisser-aller et de non implication dans le groupe. De même, sa ponctualité est indispensable.

Les entraînements doivent avoir une mécanique bien huilée et des routines doivent être mises en place dès le début (par exemple les joueurs se regroupent avant le début de l’entraînement, boivent à certains moments clés…). De cette façon le temps est mieux géré et les apprentissages optimisés.

L’entraîneur doit formuler clairement les objectifs : quel est l’objectif d’un exercice, quel est l’objectif de la séance, quel est l’objectif du match (car ce n’est pas toujours la victoire, cela peut être le nombre de points marqués…), quel est l’objectif de la saison, etc. Ces objectifs sont, dans le meilleur des cas, décidés avec les joueurs et éventuellement les dirigeants du clubs.

Comment entraîner une équipe de jeunes

QUE FAIRE ?

 L’approche basique dépend du sens commun.

1 Chaque joueur pratique avec un ballon chacun.

2. Préparer un plan d’activité visant à ce que les joueurs démarrent l’entraînement dès leur arrivée sur le terrain. Chacun peut dans un premier temps ce qui est très bon, jouer librement avec le ballon plutôt que d’attendre le coach ou ses partenaires non prêts. Il n’y a rien de pire pour les joueurs que d’attendre le coach et le sac à ballons.

3. Passer, protéger le ballon, dribbler, conduire, tourner, inverser la direction de course et shooter. Le travail individuel est très important pour les jeunes joueurs. Tous les joueurs !

4. Toujours avoir le ballon pendant les exercices de mouvements comme dans la réalité du jeu.
Les exercices regroupant tous les éléments techniques en leur sein sont une excellente méthode pour développer les habiletés en mouvement. Y compris les lancers (type remises en touches) . Poursuivre la balle après la sortie en touche, la ramener au pied puis faire la remise manuelle. Le refaire de nouveau, peut être une douzaine de fois. C’est un travail complet.

5. Ne pas prendre en charge l’ensemble du groupe au début. Laisser les 2/3 de l’équipe jouer un petit jeu et faire travailler le troisième. Si le petit jeu se trouve avec un nombre de joueurs impairs, transformer le joueur en joueur neutre jouant toujours avec l’équipe ayant le ballon. C’est excellent pour les joueurs faibles. Les joueurs aiment participer à ce genre de petits matches, mais ils ne peuvent jouer sans une certaine surveillance. Un coach assistant (ou un parent) peut les aider à réguler le jeu et les superviser pendant l’entraînement.

6. Pendant la durée du travail, suivez les trois règles suivantes :

Commencer par une mise en œuvre simple..

Accroître progressivement la dureté de l’exercice en réduisant le nombre de touche de balle avant la passe, ou tracer une zone de travail plus petite.

Puis introduire des adversaires. La pression défensive doit se faire progressivement. D’abord le défenseur reste statique, puis il marche, enfin il court lentement avant de jouer le jeu réellement. Ce rappeler la règle n° 1. On doit jouer tout le temps. Ne jamais faire faire de choses trop difficiles. Donner aux joueurs une expérience positive.

7. Ne pas parler à propos d’une action. La montrer. Toucher la partie du corps que l’on va utiliser. Faire faire la même chose aux joueurs.

8. Ne jamais mentir aux joueurs. A quoi sert de dire " bien essayé " quand ce n’est pas vrai ? Les joueurs s’attendent à de mauvaises choses s’ils sentent le manque de sincérité d’un adulte. Tout le monde est influencé par le pouvoir de suggestion. Il est positif de dire les choses plutôt que de mentir pour faire plaisir.

9. Souvenez vous le meilleur éducateur de football doit être toujours disponible et garder les joueurs avec un ballon.

10. Finalement, faites l'entraînement le plus amusant possible pour tout le monde. Rappeler vous que le processus d’acquisition est plus important pour le jeune joueur que la production réelle. Ils sont moins concernés par le fait de gagner que par le fait de jouer.

Un dernier mot pour dire comment nous concevons le jeu des jeunes joueurs :

Þ quand l’équipe a le ballon, tous les joueurs attaquent,

Þ quand la balle est perdue, tous les joueurs défendent.

C’est le football moderne. Le jeu (à cet âge) demande un développement complet de tous les joueurs, pas seulement attaquant ou défenseur. Tous les joueurs doivent tourner. Jusqu’au gardien de but qui doit jouer dans le champs.

Quelques notes sur le développement des jeunes :

Le développement sensori-moteur commence à 5 ans environ. La préférence d’un œil est ambivalente jusqu’à 9 ans.

Les préférences apparaissent entre 9 et 11 ans. La préférence de main apparaît vers 4 ans.

Les concepts de parties du corps sont appris vers 5 ou 6 ans. Les blessures rares avant 8 ou 9 ans. Droite / gauche, haut / bas vers 5 ou 6 ans, mais devant / derrière vers 8 ou 9 ans.

Les enfants apprennent, haut / bas, devant / derrière et droite / gauche dans cet ordre.

Rappelez vous cela, lorsque vous formez les tous petits à ces points, la patience est l’essence de tout bon coach

 

PROGRAMME DE FIDÉLITÉ CARREFOUR OLYMPIQUETERRENOIRE

PROGRAMME TV : TOUS LES MATCH !!!